Il connaît nos besoins (Matthieu 15.32)

Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur que les forces ne leur manquent en chemin. Matthieu 15.32

Cela faisait déjà trois jours qu’une foule de plus de quatre mille personnes suivaient Jésus sans le quitter avec rien à manger. Jésus, pleinement conscient des besoins de la foule, avait pitié pour ces gens. La mission de Jésus était d’annoncer le royaume de Dieu, mais tout en faisant cela, il prenait en considération les besoins des gens à qui il parlait.  C’est pourquoi dans les Évangiles nous le voyons à maintes reprises guérir des malades, redonner la parole aux muets, guérir des estropiés, permettre aux boiteux de bien marcher et de redonner la vue aux aveugles. (Mt 15.31-32).

Dans le récit que nous considérons, la foule était prête à suivre Jésus dans toutes les situations. Nous pourrions nous interroger sur notre désir de suivre Jésus. Eux, ils faisaient tout ce qui était possible pour être en sa compagnie, quitte même à ne pas manger pour pouvoir le suivre. Avons-nous le désir de prendre les moyens afin d’être en sa compagnie, de le voir agir et de lui permettre de nous instruire dans la vérité? 

Cette foule donc, bien que zélé ne s’était pas préparé à suivre Jésus et manquait de nourriture. Si Jésus les avait retournés ainsi, plusieurs auraient manqué de forces en chemin. Alors après avoir pris ce qui était à sa disposition, sept pains et quelques poissons, il les offrit et les multiplia afin que tous fussent rassasiés (Mt 15.33-37). 

Pour faire cela, Jésus a choisi d’inclure dans sa solution de se servir de ses disciples, ce sont eux qui offert les pains et les poissons, cela était certes insuffisant, mais Jésus désire les inclure dans son service. Il ne sont donc pas uniquement des spectateurs, mais ils deviennent des acteurs et jouent un rôle important dans la solution du problème de cette foule. Ils ont offert le peu qu’ils avaient. Sommes-nous disposés à faire de même?

Ce qui par ce récit réconforte nos âmes est le fait que Dieu connaît nos besoins et qu’il désire nous aider dans nos situations. Lors du sermon sur la Montagne, Jésus a pris la peine de rassurer son auditoire sur les besoins fondamentaux que nous connaissons, c’est-à-dire la nourriture et les vêtements. Si le Père céleste nourrit les oiseaux de l’air, à plus forte raison prendra-t-il soin de nous. Les oiseaux ne sèment ni ne moissonnent, ils n’ont pas de grenier et Dieu pourvoit à leur besoin. Aux yeux de Dieu nous valons beaucoup plus qu’eux! (Mt 6.25-26)

 De même, pour ce qui est des vêtements, les lis des champs croissent sans avoir à travailler. Ils sont mieux vêtus que le roi Salomon dans toute sa gloire. Alors, pourquoi s’inquiété, nous savons que Dieu prendra soin de nous (Mt 6.28-30).

Voyant la foule, il est dit de Jésus qu’il fut ému de compassion envers eux. Il les voyait misérables et errants, comme des brebis sans berger. Alors il dit à ses disciples de prier, car la moisson (le monde) était prête pour la moisson. Il leur dit de demander à Dieu d’envoyer des ouvriers dans sa moisson (Mt 9.35-38). De nouveau, nous voyons Jésus choisir d’utiliser ses disciples pour répondre aux nombreux besoins de ceux qu’il rencontre.

Philippiens 2:5
Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ.
Philippiens 2:5

 L’apôtre Paul parlant de Jésus nous invite à avoir les mêmes sentiments que Lui (Ph 2.5). Jésus était venu pour annoncer l’Évangile, mais pour se faire, il a également soulagé les gens qu’il rencontrait. Sommes-nous prêts à titre de disciple de Jésus de désirer avoir les mêmes sentiments que Lui? Jésus a dit : « L’homme ne vivra pas de pains seulement » (Mt 4.4).  Il avait pour mandat de rétablir entre nous et notre créateur le lien brisé.  Il a répondu à nos besoins physiques tout en nous offrant la nourriture spirituelle qui nous vient de la Parole de Dieu et cela afin que nous puissions prospérer tant physiquement que spirituellement. Retenons comme étant une leçon du Seigneur qu’il n’a pas fait que proclamer la bonne nouvelle, il a également donné du pain à ceux qui en avaient besoin.  Nous devons dans notre marche chrétienne répondre aux besoins spirituels, mais aussi au besoin de ceux que le Seigneur met sur notre chemin.  Ce que nous avons reçu de Lui, nous devons le partager (Mt 18.32).

 Sylvain Bigras

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
error

Suivez-nous

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.