Jusqu’à quand Seigneur ? (Psaume 13)

Jusques à quand, Eternel ! m’oublieras-tu sans cesse ? Jusques à quand me cacheras-tu ta face  Jusques à quand aurai-je des soucis dans mon âme, Et chaque jour des chagrins dans mon cœur ? Jusques à quand mon ennemi s’élèvera-t-il contre moi ? Psaume 13.2-3

J’ignore pour vous, mais il m’est arrivé de vivre des périodes de questionnements intenses lors de certaines tempêtes de ma vie.  Ne nous imaginons pas que cela n’est pas chrétien.  Plusieurs hommes de Dieu dans les Écritures ont vécu de telles situations.  Dans le Psaume 13, David, l’un d’entre eux, révèle l’état de son cœur par écrit en nous exprimant qu’il a connu le silence de Dieu et cela bien qu’il priait intensément.  David a connu plusieurs périodes troubles dans sa vie.  Était-ce lorsqu’il avait la charge des troupeaux de son père au champ, peut-être lorsque le roi Saul le poursuivait, encore peut-être lorsqu’il a commis l’adultère et perdu un enfant, ou plus tard alors que l’un de ses fils s’est rebellé contre lui… Qui sait?  Chose certaine, il a crié de toutes ses forces à l’Éternel en lui demandant « Jusqu’à quand ? »

l’Esprit nous aide dans notre faiblesse,
car nous ne savons pas ce qu’il nous convient
de demander dans nos prières. Mais l’Esprit
lui-même intercède par des soupirs inexprimables.
Romains 8.26

Nous pourrions faire l’exercice de compter le nombre de fois que nous avons connu de telles situations.  Est-ce que cela veut dire que Dieu s’éloigne de nous, ou bien qu’il prend plaisir à nous faire attendre ? 

La réponse est un non catégorique.  Nos sentiments sont parfois trompeurs, mais Dieu est fidèle et demeure activement présent dans nos vies.  Dans l’épreuve l’Esprit Saint intercède pour nous,  Paul affirme que « l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; » (Romains 8.26).  Cela est vrai également de Jésus qui nous dit « je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28.20).

Nous ne sommes pas délaissés, au contraire, il veille sur nous et nous garde sous son aile.  Notons l’invitation de Jésus, il nous invite à venir à Lui pour obtenir le repos, mais il ajoute une chose que nous devons faire, Il ajoute « Apprenez de moi » (Matthieu 11.28-29).  C’est ainsi qu’en allant à Christ nous obtenons du repos pour notre âme parce que nous apprenons de Lui car il est doux et humble de cœur.   C’est ainsi que nous pouvons obtenir le repos de nos âmes.

Dieu permet les épreuves dans nos vies afin que nous tirions des leçons et que nous apprenions de Lui.  Dans certains cas, il nous impose un châtiment afin de nous corriger (Hébreux 12:8), mais en tout temps il demeure au contrôle sans jamais permettre que cela soit en dehors de nos capacités (1 Corinthiens 10:13).  Nous devons nous tourner vers Lui et placer notre foi en Lui.  Chercher continuellement sa face. 

Les apparences semblent démontrer son absence, mais comme une mère oiseau il se doit de nous lancer dans le vide pour que nous apprenions à voler de nos propres ailes.  Il désire nous voir atteindre l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ (Éphésiens 4.13).  Cela ne se fera pas que par notre connaissance des Écritures, mais également de manière concrète dans nos actions de tous les jours et cela tant dans notre relation avec le Père qu’avec nos prochains.  L’espérance que nous avons est si grande que dans la foi, nous malgré l’épreuve, nous trouvons en Dieu le secours.

Puisque nous avons un grand souverain sacrificateur
qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes
dans la foi que nous professons. Car nous n’avons pas
un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses;
au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses,
sans commettre de péché. Hébreux 4.14-15

Peu importe ce que nous vivons, ne nous laissons pas tromper par nos émotions, au contraire souvenons-nous que Jésus lors de son abaissement a été également éprouvé.  Il a connu le silence du Père à la croix, il lui a crié « Pourquoi m’as-tu abandonné? »  À Gethsémané, dans le jardin, Jésus a pleuré à la simple idée d’être séparé de son Père.  Crucifié, il a vu ceux pour qui il s’est abaissé se moquer de lui.  Malgré tout cela, il a conservé dans son cœur le but ultime de sa présence et il a accompli la volonté du Père pour que nous puissions connaître la réconciliation.  C’est pourquoi, allons vers Lui.  Apprenons de Lui, car « il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. » (Hébreux 4.15).

Retenons que dans le Psaume 13, David fait exactement la bonne chose.  Oui, il est vrai qu’il souffre, qu’il a de la crainte et de la tristesse, mais dans de telles circonstances, il fait la bonne chose.  Il se tourne vers Dieu et lui fait connaître l’état de son âme.  C’est ainsi qu’il trouve la confiance devant les épreuves et devant ses nombreux ennemis.  Son psaume démontre l’état de son cœur, il connaît la solution.  Il s’exclame en chantant « j’ai confiance en ta bonté.  J’ai de l’allégresse dans le cœur, à cause de ton salut ; » (Psaume 13.5).  Une autre fois, dans le Psaume 23 il nous a démontré la source de sa foi lorsqu’il parle de marcher dans la vallée de l’ombre de la mort ou il ne craint aucun mal, car il sait que l’Éternel est avec lui pour le protéger (v.4).

Je changerai leur deuil en allégresse, et je les consolerai.
Je leur donnerai de la joie après leurs chagrins. Jérémie 31.13

David a connu des temps difficiles, il s’est senti seul, il a connu des temps de silence et d’adversité et de profonde tristesse, mais dans le fond de son cœur, il avait la foi pour faire en sorte de transformer sa tristesse en allégresse (Jérémie 31.13).  Les épîtres du Nouveau Testament se terminent avec le témoignage de Jude qui partage sa foi en Christ en témoignant de sa foi lorsqu’il écrit « à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensible et dans l’allégresse,  à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! (Jude 24-25).  La foi de David et de Jude fait en sorte que dans les situations difficiles, nous pouvons lever les yeux par la foi et entrevoir la présence de Dieu et son secours.  Cela permet d’entrevoir du milieu des ténèbres l’aboutissement de notre course ou nous serons en sa présence dans la gloire et sans reproche.  Cette simple pensée nous fait passer des pleurs à la joie.

Philipens 4.6
Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose
faites connaître vos besoins à Dieu par des prières
et des supplications, avec des actions de grâces.
Philipens 4.6

Comme David, soyons libres d’exprimer dans nos prières nos questions et nos états d’âme.  Ce n’est pas mal d’interroger le Seigneur, de lui faire connaître notre cœur tourmenté. Il s’attend de nous voir le prier ainsi à titre de ses disciples.  Tout comme les croyants de Philippe, nous devons en toute chose faire connaître nos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces (Philippiens 4.6).  Cela ne le surprendra pas de vous entendre vous exprimer, car bien avant vous, l’Esprit a apporté vos besoins au trône de la grâce.  Il attend de nous voir en toutes circonstances prier en lui exposant notre cœur.  Dans la prière, il n’y a aucun sujet de tabou.

Sylvain Bigras

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
error0

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.