Barnabas : Fils d’exhortation

Actes 4.36-37
Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie fils d'exhortation … vendit un champ qu'il possédait, apporta l'argent, et le déposa aux pieds des apôtres. Actes 4.36-37

Joseph était un lévite de l’île de Chypre, il faisait partie du nombre des premiers convertis et il était un membre engagé de l’église de Jérusalem.  Pour l’avancement de l’œuvre de Dieu, il vendit un terrain afin de déposer les revenus aux pieds des apôtres qui allaient utiliser cette somme pour répondre aux besoins des nécessiteux. 

Joseph n’était pas seulement un homme généreux de ses biens.  Il était celui qui avait toujours une bonne parole pour encourager, exhorter et consoler.  Il faisait du bien à ses frères et sœurs dans la foi par sa sagesse et sa connaissance des Écritures.  Les apôtres eux-mêmes reconnaissaient ce don qu’avait Joseph, c’est pour cette raison qu’ils le nommèrent Barnabas, ce qui signifie « fils d’exhortation ».

Barnabas, en Araméens, la langue parlée en Israël à cette époque se traduit ainsi “Bar” signie fils et “ne-bee” signifie prophète.  On pourrait donc le nommer fils de la prophétie.  Pourtant dans les traductions francophones de la Bible il est dit que ce nom signifie selon les différentes traductions de la Bible:  fils d’exhortation, de consolation ou d’encouragement.  Pourquoi donc traduire ce mot ainsi ?  Paul répond à cette question lorsqu’il définit la prophétie dans 1 Corinthiens 14.3 en affirmant « Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console. »  Les traducteurs ont préféré utilisé une caractéristique de la prophétie.

En nommant ainsi Joseph, les apôtres lui reconnaissait le don de prophétie.  Il s’agit de l’un des dons spirituels distribués par l’action de l’Esprit qu’il donne à chaque croyant pour l’utilité commune des membres du corps de Christ (1 Corinthiens 12.7).

Plusieurs s’attendent à ce qu’avec le don de prophétie, celui qui le reçoit va nécessairement prédire l’avenir, mais dans le Nouveau Testament, c’est particulièrement concernant les besoins particuliers des membres de l’église qu’il s’opère.  Certes, il arrive que le prophète annonce des événements à venir, tels qu’Agabus dans le livre des Actes.  Mais ce don de l’Esprit est comme tous les autres dons spirituels pour l’utilité commune de l’église.

Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels,
mais surtout à celui de prophétie.
1 Corinthiens 14.1 

L’apôtre Paul invite les croyants à aspirer aux dons spirituels, mais particulièrement à celui de prophétie (1 Cor. 14.1)  Il explique sa recommandation par le fait que la prophétie parle aux hommes, elle les édifie, les exhorte, les console (1 Cor 14.3).  C’est exactement ce que Barnabas faisait.  Il exhortait et il consolait selon les traductions francophones.

Le prophète du Nouveau Testament n’est pas une personne qui condamne ce qui se passe dans le monde, non, au contraire il agit dans le but d’affermir la foi des croyants.  Un prophète qui condamne et critique n’a pas reçu le don de l’Esprit. Les aspirations de l’Esprit Saint sont à l’opposées c’est pourquoi le prophète doit affermir, fortifier, restaurer et non pas écraser, humilier ou détruire.  Le prophète parle de la part de Dieu.  Son message se doit d’être en accord avec la Parole de Dieu.

Paul mentionne que la prophétie dans un premier temps a pour objectif d’édifier.  L’édification s’est de construire, de faire grandir.  A plusieurs reprises nous retrouvons cette expression pour représenter un édifice, une construction.  Un édifice se tient debout, il résiste aux tempêtes, il est un refuge.  Pour cela le prophète utilisera la Parole de Dieu pour équiper les saints afin qu’ils puissent avoir les ressources spirituelles pour prendre part à l’œuvre de Dieu avec les dons que chacun aura reçu de l’Esprit (1 Cor. 12.11) et également il mettra de l’avant les armes de Dieu mentionnés dans Éphésiens 6.  L’Église est l’édifice de Dieu (1 Cor.3.9).  Nous devons rechercher ce ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle (Rom.14.19).

Je vous exhorte donc, frères,
par les compassions de Dieu,
à offrir vos corps comme
un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu,
ce qui sera de votre part un culte raisonnable.
Romains 12.1

Le deuxième qualificatif de la prophétie est l’exhortation.  Ce terme signifie encourager.  Le prophète agit comme un motivateur.  Exhorter c’est aussi de redresser, de reprendre avec amour.  L’exhortation a pour but la bonne marche chrétienne, ce n’est pas pour rien que nous retrouvons huit fois dans le Nouveau Testament l’expression « Je vous exhorte ».  Trois fois dans l’épître aux Romains Paul nous exhorte.  Premièrement à offrir nos corps comme un sacrifice vivant pour Dieu (12.1), ensuite à combattre dans la prière (15.30) et à prendre garde à ceux qui provoquent des divisions (16.17).  Dans les lettres aux Corinthiens il ajoute à ses exhortations d’avoir un même langage et de ne pas avoir de division en étant unis (1Cor. 1.10) et à faire acte de charité (2 Cor.2.8).  Les exhortations sont de la part du prophète des paroles qui guident les croyants afin de bien marcher dans les voies du Seigneur.  Elles se veulent constructives et positives.

Le troisième qualificatif de la prophétie est la consolation.  Il s’agit d’apporter du réconfort, de calmer ceux qui sont éprouvés.  Tout comme le Saint-Esprit, le prophète utilisera la Parole de Dieu pour soulager celui qui est éprouvé.  Il soulignera la présence de Dieu, sa souveraineté, son amour pour l’affligé et les promesses accordées aux saints.  Encourageant chacun à prendre courage dans le Seigneur, le Dieu de l’impossible.  Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? (Rom. 8.31).

Voilà donc la manière dont Barnabas agissait auprès de ses frères et sœurs en Christ.  Il a reçu le don de prophétie, un don que chacun d’entre nous devrait selon Paul aspirer à avoir.  Que Dieu puisse nous accorder cette grâce d’être celui qui fait du bien à son prochain, que nous soyons de ceux qui affermis, qui exhorte et qui console.  Mais gardons toujours à l’esprit que nous aurons beau prophétisé, sans l’amour, la charité, nous sommes rien.  Barnabas a démontrer que son don reçu, il l’a exercé dans l’amour.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
0

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.