Que ferai Jésus à ma place

Philippiens 2:5
Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ. Philippiens 2:5

Je me souviens qu’au début de ma vie chrétienne avoir été grandement influencé par la lecture du livre « Que ferais Jésus à ma place ? »  de Ch-M. Sheldon.  Ce livre est à l’origine dans les années 90 du mouvement “WWJD”  ou plusieurs ont choisi d’agir en fonction de ce que Jésus ferait s’il serait à leur place.

Présentation audio de Sylvain Bigras

Après trente ans de vie chrétienne, je me suis permis de relire ce livre poussiéreux qui m’attendait depuis si longtemps.   Je l’avais à l’époque lu avec les yeux tournés vers le futur, je le relis maintenant avec un œil plus critique et en considérant mes années de marche chrétienne.

En faisant cela, je prends de nouveau consciences de l’importance de suivre Jésus, de chercher à lui plaire à tout égard (Col 1.10), de désirer avoir les mêmes sentiments que Lui (Phil 2.5).  L’apôtre Paul avait entièrement raison de nous dire d’être les imitateurs de Dieu (Ép. 5.1).  Nous devons chercher la volonté de Dieu dans nos vies (1 P 2.15).  C’est-à-dire faire la distinction entre le bien et le mal et de choisir de faire le bien.

Pour être honnêtes, nous nous devons de reconnaître qu’à maintes reprises, nous avons par égarement ou même inconsciemment choisi d’en faire autrement.  Trop souvent, je me suis laissé guider par une multitude d’influences autre que Christ.  Que ce soit les désirs de ma propre chair, l’influence de la culture moderne et même l’influence religieuse.  J’en arrive au constat que, Dieu merci, heureusement que nous sommes sauvés par la grâce et non pas par notre propre mérite.

Pour atteindre le but de laisser la pensée de Christ guider notre vie, il nous faut une chose essentielle, et cette chose est de le CONNAÎTRE personnellement (1 Jn 5.20).  Nous ne devons pas le connaître par le témoignage de ce que les autres disent de lui, mais par notre propre relation avec Lui.  De là l’importance de prendre le temps de sonder les Écritures, car c’est par elles qu’Il a choisi de se révéler à nous (Jn 5.39 et Luc 24.27). 

La recherche de la volonté de Dieu dans nos vies nous amène à remettre les choses dans une perspective biblique. Trop souvent, la culture nous empêche de distinguer le bien du mal. Le monde en général trouve le moyen de transformer ce qui est bon en ce qui est mal et de banaliser la recherche du bien. Le témoignage des us et coutumes fait en sorte que nous croyons que si tout le monde le fait… nous devons le faire. Cette approche est à remettre en question lorsque nous voulons faire la volonté de Dieu.

Si j’affirme vivre comme la Bible l’enseigne et que dans ma vie je ne fais que suivre des traditions non bibliques, je me mens à moi-même!  Il me faut cette relation avec Christ pour être un véritablement un de ses disciples.  Il faut que ma relation avec Lui ait une influence positive dans ma vie qui m’amène à faire la volonté de Dieu en accord avec la Bible. 

À l’époque de Jésus, il est dit dans les Évangiles que les scribes et les pharisiens ont interrogé Jésus sur la raison pour laquelle ses disciples ne respectaient pas la tradition des anciens qui affirmait qu’il faut se laver les mains avant de prendre le repas.  La culture juive de l’époque considérait la tradition des anciens comme sacrée.  Jésus prit la parole en leur adressant une question «  Et vous pourquoi transgresser vous le commandement de Dieu par votre tradition? »(Mat 15.1-8).  Les choses qui étaient considérées comme sacrées par les juifs étaient, aux yeux de Jésus, péché.  Les Hébreux ont rajouté à la Parole de Dieu des préceptes d’hommes qui étaient en opposition avec la volonté de Dieu.

En sondant les Écritures et en considérant nos habitudes de vie, combien de nos façons de faire sont conformes à la volonté de Dieu?  Avons-nous nos propres traditions qui sont contraires à la volonté de Dieu?  L’histoire du peuple d’Israël n’est pas différente de l’histoire de l’église.  Nous faisons trop souvent les mêmes erreurs qu’Israël bien que nous aurions été en mesure de tirer des leçons de l’histoire du peuple de Dieu.

En fait, lorsque nous avons le désir de suivre Jésus, nous devons prendre conscience que nous partons de loin et que nous ne pouvons être parfaits.  Il nous faut nous accorder la grâce de manière à nous relever.  Avec le désir de Lui plaire, nous ne pouvons que marcher de progrès en progrès (2 Thess 1.3).  Souvenons-nous qu’il a été dit dans l’Ancien Testament « L’Éternel affermit les pas de l’homme, et il prend plaisir à sa voie ; s’il tombe, il n’est pas terrassé, car l’Éternel lui prend la main. » (Ps 37.23-24)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
error

Suivez-nous

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.